Aller au contenu principal

Un sentiment d'appartenance : une jeune femme sème des graines de confiance et de courage loin de chez elle

« Lorsque je suis arrivée en Afrique du Sud, j'avais peur parce que je ne connaissais pas la langue locale. J'avais peur des transports publics. J'avais peur parce que je ne savais pas comment me comporter dans la communauté. J'avais peur de marcher dans la rue. Tout me faisait peur », se souvient Jennifer.

« À l'époque, je pensais que l'Afrique du Sud était le seul endroit sûr où je pouvais aller », explique cette femme de 42 ans. Originaire d'Ouganda, Jennifer est arrivée en Afrique du Sud en tant que demandeuse d'asile en 2012 et vit désormais dans le KwaZulu-Natal, une province sud-africaine côtière connue pour ses plages et ses montagnes.

« La première fois que j'ai entendu dire que les étrangers étaient chassés de la communauté, j'ai reçu un appel d'une Sud-Africaine qui s'inquiétait pour moi en tant qu'étrangère ; elle m'a demandé si j'étais en sécurité, puis m'a invitée chez elle pour déjeuner avec sa famille », raconte-t-elle.

Lorsque la nouvelle s'est répandue que les migrants étaient chassés de son township, la nouvelle amie de Jennifer lui a envoyé une adresse et l'a mise en contact avec un chauffeur de taxi local. « Quand je suis arrivée, j'ai réalisé qu'elle avait invité beaucoup de gens pour me présenter à sa famille, ses amis et ses voisins », raconte Jennifer.

Au cours de la formation, les femmes ont appris la couture, le stylisme, le marketing et la gestion d'entreprise.
OIM/Reneilwe Moningi

C'est ce jour-là que je me suis sentie en sécurité pour la première fois depuis mon arrivée - j'avais l'impression d'être enfin chez moi. Je pouvais rire librement sans crainte. Et c'est ce jour-là que j'ai réalisé qu'il y avait des gens qui aimaient sincèrement les étrangers.

Un dimanche à l'église, un appel a été lancé aux femmes intéressées pour suivre une formation de couture au centre communautaire.

« J'ai décidé de tenter ma chance, j'ai donc donné mon nom et j'ai rapidement été invitée à commencer ma formation », se souvient-elle. « J’y ai rencontré des femmes du Rwanda, de République démocratique du Congo, du Burundi, d’Ouganda, du Lesotho, ainsi que des Sud-Africaines des provinces du Cap oriental et de l'État libre ».

Pendant la formation, les femmes ont partagé leurs expériences et ont appris la couture, le stylisme, le marketing et la gestion d'entreprise.

« La formation nous a tellement rapprochées que nous avons fini par partager des recettes de cuisine et apprendre des mots dans notre langue maternelle. C'est alors que nous avons constaté que nous mangions la même nourriture, que nous avions des mots semblables dans nos langues et que nous portions des vêtements traditionnels similaires », se souvient Jennifer.

Jennifer donne une interview sur son expérience en tant que migrante ougandaise en Afrique du Sud.
OIM/Reneilwe Moningi

« La formation nous a également donné l'occasion d'assister à des dialogues communautaires et d'interagir avec d'autres membres de la communauté sur des questions touchant à la fois les migrants et la communauté. Les réunions portaient sur des sujets tels que la cohésion sociale et la consolidation de la paix.

« La communication est la clé d'une coexistence pacifique », dit-elle.

« Pendant les dialogues, nous nous sommes rendu compte que lorsque nous communiquons les uns avec les autres, nous apprenons beaucoup de choses les uns sur les autres, nous nous comprenons mieux et nous pouvons résoudre de nombreux différends avant qu'ils ne s'enveniment. Désormais, nous veillons les uns sur les autres ; nous nous faisons confiance ».

« Je suis heureuse d'avoir eu l'occasion de participer à ces dialogues. Ils ont changé ma perception de la façon dont nous sommes considérés ici en tant que migrants. Nous pouvons voir la différence ; nous pouvons constater un changement d'attitude ».

Lors de leur cérémonie de remise des diplômes en mai 2022, l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a surpris les diplômées en leur offrant des machines à coudre pour les aider à démarrer leur entreprise, grâce au financement du Fonds fiduciaire à partenaires multiples pour les migrations (MPTF).

« Chaque paire, composée d'une Sud-Africaine et d'une migrante, a reçu une machine à coudre, afin que nous puissions continuer à travailler ensemble », explique Jennifer. « Cela nous a rapprochées et a renforcé nos liens ».

Chaque paire composée d'une Sud-Africaine et d'une migrante a reçu une machine à coudre, afin qu'elles puissent continuer à travailler ensemble.
OIM/Reneilwe Moningi

Cette histoire a été écrite par Reneilwe Harriett Moningi, assistante communication à l'OIM en Afrique du Sud, remoningi@iom.int.