Aller au contenu principal

Changer le refrain : un migrant de retour au pays réécrit son histoire en musique

« La musique est ce qui m'a fait partir, mais c'est aussi la raison pour laquelle je suis revenu et épanoui », explique Dagne, un chanteur de 27 ans. 

« Il y a six ans, j'ai décidé de quitter l'Éthiopie parce que j'étais accusé d'utiliser ma musique pour influencer négativement les gens. Certaines personnes ont entendu parler de ces accusations, ce qui a conduit certains groupes à en profiter pour m'agresser physiquement. Je suis devenu une cible et on m'a qualifié de chanteur de propagande », raconte le chanteur et photographe. 

Cherchant désespérément à fuir, et sa musique - son gagne-pain - étant menacée, Dagne a fini par payer un passeur qui lui a promis de faciliter son voyage au Soudan, puis en Libye. 

« Ce fut un périple mortel ; ils m'ont mis dans un camion avec plus de 100 personnes et nous avons traversé le désert sous un soleil brûlant. La plupart des gens n'ont pas survécu. À ce moment-là, j'étais juste heureux d'être arrivé en vie en Libye ».

Tentant par tous les moyens d'échapper aux menaces qu’il subissait en Ethiopie, Dagne a fini par payer un passeur qui lui a promis de faciliter son voyage hors du pays vers le Soudan, puis vers la Libye.  
OIM/ Mehalon Lulie

Ceux qui ont eu la chance de survivre devaient payer 7 000 dollars supplémentaires. Comme Dagne n'avait pas les moyens de les payer, il a été jeté dans une cellule sous terre avec les autres personnes qui ne pouvaient pas non plus recevoir d'argent de leurs familles restées au pays. 

Au fil des mois, Dagne et les autres détenus avaient atteint leur point de rupture. Le groupe a donc planifié son évasion et s'est échappé de ce qui ressemblait à une prison de l'enfer. 

« J'étais tellement heureux d'avoir réussi à m'échapper de là. Ce que je ne savais pas, c'est que mon bonheur serait de courte durée ». 

Dagne a rapidement rencontré un autre homme qui lui a promis de l'emmener en Europe et de prendre un nouveau départ. Lorsque le passeur a découvert que Dagne ne pouvait pas le payer, il a été à nouveau emprisonné. 

Pour la deuxième fois, après des mois de captivité et de coups, il a réussi à s'échapper une fois de plus. Il a alors décidé de rester en Libye pour effectuer des travaux subalternes jusqu'à ce qu'il tombe malade et reste cloué au lit pendant des semaines. 

Dagne est heureux d'être de retour en Ethiopie avec de meilleures perspectives de réussite et prêt à laisser le passé derrière lui.
OIM/ Mehalon Lulie

Après avoir pris connaissance des services offerts aux migrants en Libye, Dagne a décidé de trouver de l'aide et s'est adressé à un centre de réponse pour migrants (MRC) géré par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM). Il a reçu une assistance médicale pendant plusieurs semaines et, avec le soutien de l'OIM, a fini par rentrer en Éthiopie. 

Incapable de se déplacer ou de s’occuper de lui-même, Dagne a dû rester dans un centre de transit de l'OIM à Addis-Abeba où il a poursuivi son traitement médical pendant près de deux ans.  

Une fois rétabli et de retour auprès de sa famille, il a lancé son propre studio de photographie en utilisant le matériel et la formation reçus dans le cadre du programme.  

« Grâce au matériel et à la formation fournis par l'OIM, j'ai pu ouvrir mon propre studio photo. Bien que ce ne soit pas nécessairement une activité lucrative pour l'instant, cela m'a beaucoup aidé et grâce à cela, je gagne suffisamment pour subvenir à mes besoins et à ceux de ma famille », confie Dagne. 

Avec l'équipement et la formation fournis par l'OIM, Dagne a pu ouvrir son propre studio photo tout en continuant à travailler sur sa musique.
OIM/Mehalon Lulie

La plupart des week-ends, il est engagé pour prendre des photos et des vidéos de divers événements, notamment des mariages. Le reste de la semaine, il s'adonne à sa passion pour la musique en composant, enregistrant et interprétant des chansons avec son groupe. Dagne est heureux d’être chez lui et est déterminé à rester en Éthiopie. 

« Ce que j'ai vécu m'a appris de nombreuses leçons. Je suis heureux d'être de retour et de pouvoir faire ce que j'aime ».  

Dagne est également impatient de terminer une chanson qu'il a écrite sur son parcours migratoire, en espérant qu'elle aidera d'autres personnes à prendre des décisions sûres et éclairées pour leur avenir. 

Cette chanson donne l'impression que je réécris mon histoire. J'espère qu'elle pourra aider les autres aussi.

Lancée en décembre 2016 avec le soutien du Fonds fiduciaire d'urgence de l'Union européenne pour l'Afrique (EUTF), l'initiative conjointe UE-OIM réunit 26 pays africains de la région du Sahel et du lac Tchad, de la Corne de l'Afrique et de l'Afrique du Nord, ainsi que l'Union européenne et l'Organisation internationale pour les migrations, pour rendre les migrations plus sûres, mieux éclairées et mieux gouvernées, tant pour les migrants que pour leurs communautés. 

Cette histoire a été écrite par Kaye Viray, responsable des médias et de la communication, OIM Ethiopie, kviray@iom.int